Think Tank education – learning – Edtech http://www.educatank.org Educatank.org Mon, 10 Oct 2016 10:13:49 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.8.12 Monde : Près de 69 millions d’enseignants supplémentaires nécessaires ! http://www.educatank.org/2016/10/10/monde-pres-de-69-millions-denseignants-supplementaires-necessaires/ http://www.educatank.org/2016/10/10/monde-pres-de-69-millions-denseignants-supplementaires-necessaires/#respond Mon, 10 Oct 2016 10:13:49 +0000 http://www.educatank.org/?p=1403 Alors que l’UNESCO célèbrait la Journée mondiale des enseignants le 5 octobre, de nouveaux chiffres indiquent que près de 69 millions d’enseignants supplémentaires sont nécessaires pour permettre l’accès à un enseignement primaire et secondaire universel de qualité d’ici 2030, l’échéance fixée pour les Objectifs de développement durable adoptés lors de l’Assemblée générale de l’ONU à la fin de l’année dernière

 

Sur le thème de : « Valorisons les enseignant(e)s, améliorons leur statut », les événements organisés au siège de l’UNESCO à Paris et à travers le monde, commémoreront le 50ème anniversaire de la Recommandation OIT/UNESCO 1966 concernant la condition du personnel enseignant. Ils seront également l’occasion de souligner l’importance vitale de la profession pour le développement mondial et la nécessité de prendre des mesures urgentes pour s’attaquer à la pénurie des enseignants.

Au cours des 14 prochaines années, 24,4 millions d’enseignants dans le primaire et 44,4 millions d’enseignants dans le secondaire seront nécessaires, selon l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU).

L’Afrique subsaharienne est confrontée au déficit d’enseignants le plus important : au total 17 millions d’enseignants dans le primaire et dans le secondaire seront nécessaires d’ici 2030. C’est aussi la région dont la population en âge d’aller à l’école augmente le plus rapidement. Elle a déjà du mal à répondre à la demande : plus de 70 % des pays de la région sont confrontés à des pénuries aigües d’enseignants dans le primaire, et 90 pour cent d’entre eux font face à de fortes pénuries dans l’enseignement secondaire, selon les données de l’ISU.

Le message conjoint de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, du Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, du Directeur exécutif de l’UNICEF, Anthony Lake, de l’Administratrice du PNUD, Helen Clark, et du Secrétaire général de l’Internationale de l’éducation, Fred van Leeuwen, insiste sur « les contributions inestimables des enseignants du monde entier » et souligne la nécessité de prendre des mesures urgentes :

« Les enseignants contribuent non seulement à façonner l’avenir de millions d’enfants, mais aussi à bâtir un monde meilleur pour tous. Comment pouvons-nous recruter de nouveaux enseignants et les attirer vers la profession d’enseignant quand ils sont tellement nombreux à être sous-formés, sous-payés et ne sont pas reconnus à leur juste valeur ? »
L’Objectif de développement durable 4 (ODD 4) prévoit une éducation inclusive, équitable et de qualité pour tous d’ici 2030. Les besoins sont pressants : on estime que 263 millions d’enfants et de jeunes ne sont toujours pas scolarisés dans le primaire et dans le secondaire à l’échelle mondiale, selon un récent document de l’ISU. L’ODD 4 appelle notamment à accroitre le nombre d’enseignants qualifiés et le soutien de la communauté internationale en faveur de la formation des enseignants dans les pays en développement.

« Les systèmes éducatifs se préparent à la grande campagne visant à réaliser l’Objectif de développement durable 4 d’ici 2030 », déclare la Directrice de l’ISU, Sylvia Montoya. « Mais les systèmes éducatifs sont tributaires de leurs enseignants. Les progrès mondiaux ne tiendront qu’au simple fait qu’il y aura un enseignant, ou une classe dans laquelle enseigner à un nombre raisonnable d’enfants au lieu de 60 ou 70 élèves, voire davantage. Nous devons également fournir une formation, des ressources et un soutien aux enseignants pour qu’ils puissent faire leur travail. »

L’Asie du Sud a le deuxième déficit d’enseignants le plus important, en particulier dans le cycle secondaire. Seuls 65 pour cent des jeunes de la région sont inscrits dans l’enseignement secondaire, avec un ratio élèves-enseignant de 29 pour 1 (estimations 2014) – beaucoup plus élevé que la moyenne mondiale de 18 pour 1. En Asie du Sud, 15 millions d’enseignants supplémentaires seront nécessaires d’ici 2030, l’immense majorité (11 millions) dans le cycle secondaire.

D’autres régions du monde sont confrontées à d’énormes défis. La guerre en Syrie et en Iraq a détruit de grands pans de leurs systèmes éducatifs et a eu de graves répercussions sur les pays voisins. Ces derniers doivent en effet faire face aux flux d’enfants et de jeunes réfugiés qui ont besoin de possibilités d’apprentissage et d’enseignants.

]]>
http://www.educatank.org/2016/10/10/monde-pres-de-69-millions-denseignants-supplementaires-necessaires/feed/ 0
L’éducation doit évoluer pour atteindre les objectifs mondiaux de développement http://www.educatank.org/2016/09/27/leducation-doit-evoluer-pour-atteindre-les-objectifs-mondiaux-de-developpement/ http://www.educatank.org/2016/09/27/leducation-doit-evoluer-pour-atteindre-les-objectifs-mondiaux-de-developpement/#respond Tue, 27 Sep 2016 08:27:24 +0000 http://www.educatank.org/?p=1393 Le nouveau Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) de l’UNESCO montre le pouvoir que détient l’éducation pour favoriser les progrès de tous les objectifs mondiaux (ODD) visés dans le nouveau Programme de développement durable à l’horizon 2030. Il montre également que l’éducation doit se transformer radicalement pour réaliser ce potentiel et relever les défis auxquels l’humanité et la planète sont actuellement confrontées.

Il est urgent d’accélérer les progrès dans le domaine de l’éducation. Au rythme actuel, le monde parviendra à un enseignement primaire universel en 2042, à un enseignement secondaire du premier cycle universel en 2059 et secondaire du second cycle universel en 2084, ce qui voudrait dire qu’il aurait un demi-siècle de retard par rapport à la date butoir de 2030 fixée pour la réalisation des ODD.

Le Rapport, intitulé L’éducation au service des peuples et de la planète, montre à quel point il est nécessaire que les systèmes éducatifs prêtent davantage attention aux préoccupations environnementales. Si, dans la majorité des pays, l’éducation est le meilleur indicateur de la sensibilité à la question du changement climatique, les programmes scolaires de la moitié des pays du monde ne mentionnent pas explicitement le changement climatique dans leur contenu. Dans les pays de l’OCDE, près de 40 % des élèves de 15 ans n’ont que des connaissances élémentaires des problématiques environnementales.

« Nous devons changer radicalement la façon dont nous envisageons le rôle de l’éducation dans le développement mondial, car elle joue le rôle de catalyseur pour le bien-être des individus et l’avenir de notre planète »a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. « Aujourd’hui plus que jamais, l’éducation a la responsabilité d’être en phase avec les défis et aspirations du XXIsiècle et de favoriser les types de valeurs et de compétences propices à une croissance durable et inclusive et à une cohabitation pacifique des peuples ».

Les systèmes éducatifs doivent veiller à protéger les cultures minoritaires et leurs langues, qui contiennent des informations essentielles sur le fonctionnement des écosystèmes. Or, le Rapport montre que 40 % de la population mondiale suit un enseignement dans une langue qu’elle ne comprend pas.

Les systèmes éducatifs doivent veiller à donner aux gens les compétences et connaissances essentielles susceptibles de faciliter la transition vers des industries plus vertes et trouver de nouvelles solutions aux problèmes environnementaux, ce qui suppose que l’éducation se poursuive en dehors des murs de l’école, au sein des communautés et au travail, tout au long de l’âge adulte. Or, deux tiers des adultes ne possèdent pas de compétences financières élémentaires ; seuls 6 % des adultes des pays les plus pauvres participent à des programmes d’alphabétisation.

« Si nous voulons une planète plus verte, et un avenir durable pour tous, nous devons exiger plus de nos systèmes éducatifs qu’une simple transmission de connaissances. Il faut que nos écoles et nos programmes d’apprentissage tout au long de la vie insistent sur les démarches économiques, environnementales et sociales qui contribuent à l’épanouissement de citoyens autonomes, doués de sens critique, conscients des questions de leur temps et compétents », a déclaré Aaron Benavot, Directeur du Rapport GEM.

Il est urgent également que les systèmes éducatifs transmettent des compétences de meilleure qualité, qui correspondent aux besoins d’économies en expansion où la panoplie des compétences professionnelles évolue rapidement, nombre d’entre elles étant automatisées. Au rythme actuel, en 2020, on enregistrera un déficit de 40 millions de travailleurs ayant une formation tertiaire par rapport à la demande. Le Rapport montre que ce changement est crucial : parvenir à un enseignement secondaire du second cycle universel en 2030 dans les pays à faible revenu permettrait d’arracher à la pauvreté 60 millions de personnes d’ici à 2050.

Les inégalités en matière d’éducation, couplées à des disparités plus larges, augmentent le risque de violence et de conflit. Dans 22 pays d’Afrique subsaharienne, les régions dans lesquelles le niveau d’instruction moyen est très bas ont 50% de risque de connaître un conflit dans les 21 ans. Le Rapport invite les gouvernements à commencer à prendre au sérieux les inégalités en matière d’éducation et à les recenser en recueillant les informations directement auprès des familles.

Le Rapport souligne que le nouveau programme mondial de développement recommande que les ministres de l’éducation et autres acteurs de l’éducation travaillent en collaboration avec d’autres secteurs. Il énumère plusieurs avantages qui pourraient être tirés de cette façon d’agir, notamment :

  • les interventions sanitaires pourraient être proposées à l’école : selon une estimation, offrir des traitements simples tels que des comprimés de micronutriments à l’école coûte dix fois moins cher que la même opération par le biais d’unités médicales mobiles ;
  • les fermes-écoles pourraient contribuer à accroître les rendements agricoles de 12 %, ce qui conduirait à une augmentation durable de la production alimentaire ;
  • offrir aux mères un enseignement secondaire du premier cycle en Afrique subsaharienne d’ici 2030 pourrait empêcher le décès de 3,5 millions d’enfants entre 2050 et 2060.
]]>
http://www.educatank.org/2016/09/27/leducation-doit-evoluer-pour-atteindre-les-objectifs-mondiaux-de-developpement/feed/ 0
Sébastien Reinders – Wallonie http://www.educatank.org/2016/09/13/sebastien-reinders-wallonie/ http://www.educatank.org/2016/09/13/sebastien-reinders-wallonie/#respond Tue, 13 Sep 2016 14:36:58 +0000 http://www.educatank.org/?p=1387 Actuellement consultant-formateur EdTech, j’ai été précédemment et tour à tour, chef de projet TICE, gestionnaire de plan de formation TICE et en charge du suivi pédagogique et technique des expériences « Ecoles Numériques » menées dans le cadre du « nouveau plan TIC pour l’enseignement » de la Région wallonne et de la F.W.B.

Pédagogue, geek, bidouilleur et amoureux des TICE, je veille et expérimente autour des différents sujets liant la pédagogie et les usages numériques.

Depuis 2010, je suis également, chargé de cours dans un bachelier en écriture multimédia (Haute école Condorcet). J’y donne les cours de « Scénario multimédia » et de « logiciel standard ».

Mes liens sociaux :

  • Facebook: facebook.com/sebastien.reinders
  • Twitter: https://twitter.com/sebreinders
  • LinkedIn: http://be.linkedin.com/in/sebastienreinders/
]]>
http://www.educatank.org/2016/09/13/sebastien-reinders-wallonie/feed/ 0
Mon idée pour changer l’école : Définir une vision commune, faire avec peu, hacker l’existant et ouvrir le cadre ! par Sébastien Reinders http://www.educatank.org/2016/09/13/mon-idee-pour-changer-lecole-definir-une-vision-commune-faire-avec-peu-hacker-lexistant-et-ouvrir-le-cadre-par-sebastien-reinders/ http://www.educatank.org/2016/09/13/mon-idee-pour-changer-lecole-definir-une-vision-commune-faire-avec-peu-hacker-lexistant-et-ouvrir-le-cadre-par-sebastien-reinders/#respond Tue, 13 Sep 2016 14:30:45 +0000 http://www.educatank.org/?p=1383 Présent depuis maintenant presque 10 ans dans l’écosystème EdTech, tour à tour enseignant, conseiller pédagogique, expert numérique pour la Wallonie, j’ai assisté de manière active aux grands chambardements numériques qui ont secoués l’école ces dernières années. J’y ai, entre autres, découvert des pépites, assisté à l’émerveillement des collègues, aidé à la mise en place de plans d’équipements… et aussi, comme la majorité de mes camarades de rédaction sur cet exercice, galéré à convaincre et subi des forces centripètes !

Le constat et un peu d’histoire du chambardement numérique.

Force est de constater qu’en matière d’équipement, et depuis de nombreuses années, les pouvoirs publics, les régions, départements et les collectivités locales mettent largement la main au portefeuille.

« Trop peu présents » diront certains, « mal utilisés » rétorquerons d’autres, les outils numériques sont cependant actuellement accessibles de manière générale dans nos écoles. Mais cette disponibilité du matériel est-elle gage d’usage ? Il y a de fortes raisons de penser, au vu des retours issus des plans d’équipements, que c’est loin d’être le cas !

 

Nous le savons, transformer les pratiques est un exercice ardu. Il n’est pas seulement temps de fournir du matériel, nécessairement obligatoire, mais aussi d’assurer son fonctionnement, l’assistance et l’animation à l’usage ainsi que la formation des utilisateurs.

engrenagesen

Tout comme mon collègue Lyonel Kaufman, dans sa proposition pour changer l’école, je m’interroge depuis quelques temps sur la ou les raisons qui freinent (encore !) ou bloquent l’intégration des usages numériques dans nos établissements.

Il y a quelques années, le constat pouvait être clair. Nous (les enseignants) étions en manque d’outils pour réaliser notre transformation numérique. Pour beaucoup de collègues, il était simple d’affirmer que ce manque d’outils disponibles et la formation aux usages innexistante étaient les causes du peu d’usages et de transformations de nos pédagogies. A cette époques, quelques précurseurs étaient montrés en exemple pour leurs usage d’outils soit bricolés soit détournés. Beaucoup d’entre nous ont alors entendu parler ou se souviennent des usages de la WiiMote comme TBI, des premiers outils collaboratifs détournés en E.N.T., et d’autres bricolages autour des réseaux sociaux.

 

Grâce, entre autre, à la démocratisation des outils personnels (portables, tablettes et smartphones), le matériel, les plateformes et les ressources sont ensuite arrivés jusqu’à nos salles de classes. Etait-ce enfin un gage d’usage ? Encore une fois, des « leaders » innovants et créatifs se sont emparés de ces nouveautés et ont balisés le chemin. Trop pointu techniquement, trop ciblé sur des matières particulières, trop chronophage, ces exemples peinent cependant encore à convaincre la grande majorité de nos collègues « consommateurs ».

metaphoreen

Partant d’un manque de moyens, qui est (fût) possible de couvrir avec des apports financiers et une politique adéquate, nous sommes maintenant en présence un manque d’inspiration sur l’essence même de cette révolution.

Réussir (enfin) l’école numérique

Comprenez dans ces propos, au travers de ce constat, qu’il n’est pas question ici de jeter la pierre sur celui ou ceux qui ne se seraient pas encore emparés activement du numérique pour se l’approprier. Je doute d’ailleurs, comme beaucoup, de l’intérêt des généralisations.

 

Il est cependant temps, au travers des retours d’usages de trouver des techniques permettant à la plus grande majorité de s’emparer des rudiments susceptibles de la rendre autonome dans ces démarches pédagogiques (et pas seulement sur un plan numérique).

 

Car, en effet, Il ne s’agit pas de simplement révolutionner la pédagogie mais de plutôt de réactualiser les plus actives parmi celles-ci, de mettre en action les apprenants et de les placer devant des défis, suposant réflexion, discussion et découverte.
Je reprendrai donc en proposition les recommandations, mais surtout les conseils pratiques que l’Agence du Numérique (Wallonie- Belgique) formule à ce propos. Celles-ci sont issues des nombreux retours d’expérience belges dont « Ecole Numérique » et étrangers.

Trois facteurs devraient être conjugués pour réussir l’école numérique:

  • chaque établissement d’enseignement doit développer une/sa vision de l’apprentissage numérique;
  • le projet pédagogique doit être le point de départ, pour ensuite poser des choix technologiques;
  • l’ouverture doit être au coeur de la stratégie…

 

Une vision pédagogique d’établissement primordiale

Je l’ai mentionné précédemment, réussir l’intégration des technologies dans les usages pédagogiques est principalement une question de méthode et de posture d’enseignement.

Afin d’aider les enseignants dans cette démarche, il est primordial que chaque école ou groupement d’écoles développe une vision de l’apprentissage numérique. Celle-ci servira à l’enseignant de guide et de barrières s’il faut dans ses démarches de transformation de son enseignement.

Attention, par-dessus tout, il faudra, pour réussir à convaincre, que cette vision soit structurante, s’inspire des retours d’expérience, puisse être débattue et partagée par toutes les « parties prenantes » (direction, enseignants, parents, élèves, services psychosociaux, etc.).

De la pédagogie, encore et toujours …

Il est important de pouvoir rompre avec l’illusion technologique, cette illusion, savamment distillée par les industriels et leurs commerciaux que les technologies « à elles seules » peuvent faire la différence et améliorer la qualité et l’efficacité des processus d’apprentissage

Ce sont la scénarisation, le dispositif d’enseignement et la stratégie d’apprentissage qui confères aux outils leurs usages pédagogiques. Ceux-ci ne sont pas pédagogiques en soi.

 

Et si ces outils ne conviennent pas tel quel où ne sont pas assez disponibles, la la meilleure stratégie est encore de les détourner pour se réapproprier les outils et développer de nouveaux usages et les intégrer dans les processus d’apprentissages.

Ouvrir pour éduquer

« Chassez-le par la porte, il rentrera par la fenêtre… » Cette citation s’adapte très bien aux usages numériques. Si la tendance lourde actuellement est la sécurisation, l’école ne peut se permettre de se refermer sur elle-même. Si pour des raisons de facilités d’administration, cette fermeture peut sembler opportune, celle-ci est en elle-même le frein à l’éducation et aux usages en bloquant le cadre négocié des usages et comportements souhaitables.

Les conseils pratiques de l’AdN[1]

  • ne pas attendre d’être prêt à 100% pour se lancer.Il ne faut pas avoir peur de prendre des risques, de se mettre en danger, de sortir de sa zone de confort, d’expérimenter: « C’est en se plantant que l’on fait ses racines » martelait Marcel Lebrun à Ludovia 2013;
  • démarrer par de petites initiatives.Les projets pilotes permettent de tester et d’expérimenter à petite échelle avant de planifier un déploiement plus large;
  • se former aux TICE plutôt qu’aux TIC.Comprendre et connaître le parti pédagogique que l’on peut tirer de l’utilisation des réseaux sociaux (comme Twitter) ou des outils de mind mapping est plus précieux que se former à l’utilisation des outils bureautiques;
  • s’inscrire dans une dynamique d’échanges entre pairs.Cette approche implique à la fois de mettre en place un dispositif de veille, mais également de rentrer dans une ou plusieurs « communautés de pratiques » .
  • libérer la connectique. Plus encore que le matériel, la connexion est un amplificateur d’usages et présente le plus grand potentiel en termes de plus-values pédagogiques. En outre, fermer le WiFi n’empêche pas les élèves de se connecter avec leur propre abonnement et crée une fracture avec ceux qui n’en disposent pas.
  • redéfinir le Réglement d’Ordre Intérieur des établissements. Ouvrir l’école aux terminaux numériques des élèves et libérer la connectique implique de redéfinir collectivement les modalités d’utilisation du matériel apporté et de la connexion proposée, afin d’accompagner les usages des élèves vers plus de maturité.
  • garantir l’accès au matériel.Il n’est pas rare, mais totalement paradoxal, de limiter les usages numériques sous prétexte de lutter contre la fracture numérique, parce que quelques élèves ne disposent pas du matériel nécessaire.

En conclusion

Comme je l’annonçais en prélude, 10 années se sont écoulées depuis mes débuts dans cet écosystème qu’est le numérique éducatif. Des premiers problèmes d’accès aux moyens, ceux-ci se sont transformés pauvreté d’accès aux ressources puis en difficultés de transmission à d’autres cercles que ceux des « early adopters », d’ouverture, …

Je pense, dès lors, fort de ces 10 années et sincèrement, que le numérique éducatif est et restera toujours « en discussion », remis en cause (cfr entre autres ce livre !), en perpétuel mouvement… Mais n’est-ce pas réellement là que réside l’intérêt et le noeud de ce qui nous intéresse, un cadre et des moyens, des outils toujours en mouvement, réinventé, renouvelés ?

Dans l’espace francophone, un lieu existe où cet échange est possible. Ludovia est ce lieu, le lieu où ces discussions se créent, où les échanges se font et où les solutions se dessinent. Ludovia est le laboratoire, l’incubateur des nouvelles pratiques et usages.

Ma proposition sera donc plutôt une promesse en forme de voeux. « Que ces années qui arrivent soient, pour l’école numérique, riches en créativité, discussions, échange, détournements… et apprentissages »

 

[1] https://www.digitalwallonia.be/reussir-lecole-numerique/

]]>
http://www.educatank.org/2016/09/13/mon-idee-pour-changer-lecole-definir-une-vision-commune-faire-avec-peu-hacker-lexistant-et-ouvrir-le-cadre-par-sebastien-reinders/feed/ 0
Mon idée pour changer l’école : Rêver, produire, apprendre par Nicolas Le Luherne http://www.educatank.org/2016/09/13/mon-idee-pour-changer-lecole-par-nicolas-le-luherne/ http://www.educatank.org/2016/09/13/mon-idee-pour-changer-lecole-par-nicolas-le-luherne/#respond Tue, 13 Sep 2016 13:26:19 +0000 http://www.educatank.org/?p=1370 piktochart

]]>
http://www.educatank.org/2016/09/13/mon-idee-pour-changer-lecole-par-nicolas-le-luherne/feed/ 0
Mon idée pour changer l’école : c’est en forgeant qu’on devient forgeron par Ninon Louise http://www.educatank.org/2016/09/07/mon-idee-pour-changer-lecole-cest-en-forgeant-quon-devient-forgeron-par-ninon-louise/ http://www.educatank.org/2016/09/07/mon-idee-pour-changer-lecole-cest-en-forgeant-quon-devient-forgeron-par-ninon-louise/#respond Wed, 07 Sep 2016 16:24:50 +0000 http://www.educatank.org/?p=1367 On semble parfois oublier que la formation initiale des enseignants est une formation professionnelle, tout comme la médecine par exemple. À quoi donner la priorité? Réfléchir à l’acte médical ou savoir poser l’acte médical? La question ne se pose même pas !

La formation initiale des enseignants pour les écoles et même pour le collège devrait être fondamentalement une formation pratique.

Les cours de didactique des sciences offerts par les universités au Québec favorisent peu ce type de formation. C’est pourquoi je propose une refonte de l’offre. C’est mon idée pour changer l’école.

Je propose qu’apprendre à enseigner les sciences et la technologie au primaire se fasse selon la formule suivante : trois fois deux heures par semaine de cours – le lundi, le mercredi et le vendredi, dans un local dédié à cette étude afin que les étudiants puissent faire des semis, croître des plantes, garder des animaux, fabriquer des montages, avoir accès à du matériel simple qui favorise une étude fondée sur l’investigation, manipuler des objets, observer des phénomènes, recueillir des données, . . .

lls feront, observeront leurs actions et les difficultés rencontrées, réfléchiront sur celles-ci, concluront. Ils inféreront peut-être alors sur ce qui permet l’accès au savoir, mais ce n’est pas l’objectif de cette formation. L’important est qu’ils soient en mesure de participer avec leurs élèves à de véritables démarches d’investigation et d’apprentissage. Qu’ils touchent à la science.

Je suggère que les bureaux des professeurs soient adjacents à ce local afin qu’ils demeurent disponibles pour guider leurs étudiants et les conseiller.

 

Je suggère que les étudiants puissent venir travailler à leurs montages, études et expériences en dehors des heures de cours tout comme ils se rendent à la bibliothèque pour y compléter leurs travaux. Je suggère que ce local leur soit accessible.

La science à laquelle on initiera les écoliers du primaire consiste en l’observation et l’étude du monde matériel. C’est l’étude du réel, du monde concret qui les entoure.

Les cours dédiés aux futurs enseignants doivent refléter cette réalité afin qu’à leur tour ils sachent guider avec assurance leurs élèves dans une démarche d’apprentissage fondée en premier lieu sur les perceptions sensorielles, puis sur l’usage d’outils d’observation et de capteurs pour la collecte de données et sur l’investigation.

Des manipulations simples du niveau des habiletés physiques et intellectuelles des élèves du premier cycle, deuxième cycle et troisième cycle du primaire, des séances de travail où on touche des objets, les observe, où on reproduit certains phénomènes, recréé les conditions de certains milieux de vie, où on réalise des montages pour tenter de concevoir, d’illustrer la structure de la matière, l’énergie, les forces. Ceci devrait constituer le fondement de la formation des futurs enseignants du primaire.

Au sortir d’une formation de ce type, ces derniers devraient pouvoir aider leurs élèves à percevoir une diversité des facettes de la science et de la technologie : à la fois un environnement matériel à interpréter, une histoire générée par des êtres humains, un vocabulaire à acquérir, des problèmes créés par la bêtise humaine, au lieu d’exiger d’eux qu’ils mémorisent des faits ou cherchent sur Internet une réponse immédiate à des questions que nos ancêtres ont mis des siècles à se poser et à en trouver la réponse.

Les futurs enseignants du primaire savent-ils observer, classifier, mesurer, identifier et contrôler des variables, expérimenter, fabriquer des modèles?

Utilisent-ils  des approches pédagogiques autres que la résolution de problèmes? c’est-à-dire le jeu libre, la démonstration, l’analogie, le récit? Initient-ils leurs élèves à la mesure, la cueillette de données, l’analyse de données, la méthode expérimentale, la critique, la discussion ?

Savent-ils utiliser les langues de la science ? la mathématique de la mesure, connaître quelques racines grecques ou latines et la symbolique des éléments. Peuvent-ils construire des tableaux, des schémas, des graphiques, des diagrammes? Ont-ils pu découvrir quelques propriétés de la vie à partir d’observations? Saisi les limites de la capacité de support des milieux naturels? Se sont-ils émerveillés de la naissance de notre univers, de la création des éléments? Et puis, en fait qu’est-ce que l’énergie?

 

Note de titre

1 La tradition de l’apprentissage par l’action, solidement établie dans le domaine des savoir-faire, remonte à

Aristote : « Les choses qu’il faut apprendre pour les faire, c’est en les faisant que nous les apprenons » (Éthique à Nicomaque, 1103a). Dans cette longue tradition, citons Rousseau, pour qui « la véritable éducation consiste moins en préceptes qu’en exercices », John Dewey, dont la doctrine du « learning by doing » a influencé Claparède et Freinet, et ce dernier qui a repris à son compte la célèbre formule de Dewey sous la forme du dicton populaire : « C’est vraiment en forgeant qu’on devient forgeron, c’est en écrivant qu’on apprend à écrire » . . . Au terme de ce panorama des mécanismes et formes d’apprentissage . . . Nous avons tout d’abord rejeté l’idée que la simple transmission d’informations puisse constituer un apprentissage ; informer n’est pas plus synonyme de former que renseigner n’est synonyme d’enseigner . . . http://joseph.rezeau.pagesperso-orange.fr/recherche/theseNet/theseNet-1_.html  consulté le 13 mai 2014

]]>
http://www.educatank.org/2016/09/07/mon-idee-pour-changer-lecole-cest-en-forgeant-quon-devient-forgeron-par-ninon-louise/feed/ 0
Ninon Louise Lepage – Canada http://www.educatank.org/2016/08/28/ninon-louise-lepage-canada/ http://www.educatank.org/2016/08/28/ninon-louise-lepage-canada/#respond Sun, 28 Aug 2016 14:40:42 +0000 http://www.educatank.org/?p=1390 Ninon Louise LePage est pédagogue et muséologue récemment sortie d’une retraite prématurée pour renaître comme désigner pédagogique. Elle a enseigné à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Sherbrooke en didactique des sciences, en plus de travailler au Réseau canadien d’information sur le patrimoine comme expert-conseil en muséologie. Elle écrit également pour nos amis français chez Ludomag. Elle invite par ailleurs tous les intéressés à la contacter afin qu’elle parle de vous, vos élèves, votre école et vos expériences particulières en éducation au numérique et à l’informatique.

]]>
http://www.educatank.org/2016/08/28/ninon-louise-lepage-canada/feed/ 0
Bruno Devauchelle – Lyon http://www.educatank.org/2016/08/22/bruno-devauchelle-lyon/ http://www.educatank.org/2016/08/22/bruno-devauchelle-lyon/#respond Mon, 22 Aug 2016 12:35:46 +0000 http://www.educatank.org/?p=1362 PAST, Directeur du département Ingénierie des Médias Pour l’Education
Membre du laboratoire Techne – EA 6316 – Université de Poitiers

Publications récentes (5 dernières)

– Devauchelle, B. (2015). Le numérique renouvelle-t-il vraiment l’éducation ?, Fonda, La tribune, n° 226, Numérique : un nouveau pouvoir d’agir ?

– Devauchelle, B. (2015). Vie scolaire et usage du numérique, Parole de l’élève, Revue de l’AFAE, 146(2)

– Devauchelle, B. (2015). Un modèle scolaire à réinventer, Projet, 345, avril 2015.

– Devauchelle, B. (2014). Analyse critique et mutualisation dans le monde enseignant, Synergies Sud-Est Européen, Revue du GERFLINT, L’analyse des médias, S. Aslanidou (coord.), 4, 51-60.

– Cerisier, J.-F. et Devauchelle, B. (2013). Maîtriser les enjeux de l’inéluctable acculturation numérique de l’Ecole. Administration et Education, 3(139), 15-22

Communications scientifiques récentes (5 dernières)

– Devauchelle, B. et Chaintrier, P. (2015). Détournement, contournement, renoncement, face cachée du processus d’appropriation, Ludovia 12, Ax les thermes.

– Devauchelle, B. (2015). Mutation numérique: Mutations scolaires, Communication présentée à la conférence SeGec, Louvain la neuve, Belgique

– Devauchelle, B. (2015). De l’individuel au collaboratif… le numérique : un pont ou un fossé ?, Communication présentée à la Conférence de l’OCCE, Chaumont, France.

– Devauchelle, B. (2015). Compétences de demain, pédagogie d’aujourd’hui, Communication présentée à la Conférence IUTICE, Bayonne, France.

– Devauchelle, B. ; Chaintrier, P. (2014). Le projet TED, une tablette scolaire, la conception comme appropriation, Actes du Colloque Ludovia 2014, Publication Culture numérique, ISSN n° 1950-5906 [En ligne] http://culture.numerique.free.fr/publications/ludo14/Devauchelle_Chaintrier_Ludovia_2014.pdf

]]>
http://www.educatank.org/2016/08/22/bruno-devauchelle-lyon/feed/ 0
Régis Forgione, Freyming-Merlebach (Moselle) http://www.educatank.org/2016/08/22/regis-forgione-freyming-merlebach-moselle/ http://www.educatank.org/2016/08/22/regis-forgione-freyming-merlebach-moselle/#respond Mon, 22 Aug 2016 12:28:27 +0000 http://www.educatank.org/?p=1359 Professeur des écoles en éducation prioritaire, toujours en recherche d’usages et solutions, notamment numériques, pour développer l’engagement, la créativité et l’apprentissage des élèves comme des enseignants.

Twictonaute et Plombier chez #Twictée : [@TwicteeOfficiel] / [http://www.twictee.org]

Podcasteur chez Nipédu : [@Nipedu] / [http://nipcast.com/category/nipedu/]
Compte Twitter : [@profdesecoles]

Contact:[regis@twictee.org]
Circonscription de Hombourg-Haut (Moselle)


École élémentaire la Chapelle, Freyming-Merlebach, 
Académie de Nancy-Metz

Voir le résumé de son intervention sur Ludomag

]]>
http://www.educatank.org/2016/08/22/regis-forgione-freyming-merlebach-moselle/feed/ 0
Fabien Hobart – Seine et Marne http://www.educatank.org/2016/08/22/fabien-hobart-seine-et-marne/ http://www.educatank.org/2016/08/22/fabien-hobart-seine-et-marne/#respond Mon, 22 Aug 2016 11:56:35 +0000 http://www.educatank.org/?p=1356 Chargé de formation, Les Savanturiers – L’école de la recherche (Centre de recherches interdisciplinaires), podcasteur @Nipedu, « plombier » du dispositif Twictée.

]]>
http://www.educatank.org/2016/08/22/fabien-hobart-seine-et-marne/feed/ 0